Les personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA), semblent parfois plus susceptibles de développer un trouble du jeu vidéo. Cependant, certains éléments indiquent également que les jeux vidéo présentent certains avantages.

 

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est un terme collectif qui regroupe un ensemble de troubles du développement, déjà présents dans l’enfance. Il semble que les jeux vidéo soient plus attrayants pour les personnes atteints de TSA, ce qui explique que le trouble du jeu vidéo soit plus fréquent dans ce groupe.

Surtout les jeunes enfants autistes ont souvent du mal à développer de la structure, mais ils en ont besoin. En outre, ces jeunes ont des intérêts restreints, car ceux-ci entraînent un stress supplémentaire et parce que les intérêts multiples sont difficiles à structurer. Dans le monde des jeux vidéo, on peut se concentrer sur un jeu vidéo particulier et y exceller.

 

Pour les personnes atteintes de TSA, l’imprévisibilité peut provoquer des tensions ou un sentiment d’impuissance. Dans un jeu vidéo, en revanche, vous décidez de ce qui se passe, de qui vous êtes et avec qui vous interagissez. Il offre un environnement anonyme et structuré, avec des accords clairs, et est largement prévisible. Les personnes atteintes de TSA signalent également plus souvent qu’elles ont des difficultés à avoir des interactions sociales. Un environnement de jeu vidéo offre un moyen facile et sans stress d’entrer en contact avec d’autres personnes.

 

Un autre facteur qui peut jouer un rôle est la difficulté avec la notion du temps, rendant difficile la distinction entre une minute, une demi-heure ou deux heures. Soyez compréhensif pour des sessions de jeu vidéo plus longues chez les personnes atteintes de TSA.

 

Il est essentiel que l’entourage de la personne concernée l’aide à gérer les jeux vidéo. Les personnes autistes ont besoin de plus de clarté. Par conséquent, soyez clair sur ce que l’on attend de la personne, quand et pourquoi on l’attend.

 

Instaurez des limites et passez des accords clairs sur le temps de jeu. Veillez, par exemple, à ce qu’un joueur fasse une pause de cinq minutes toutes les 45 minutes pour se dégourdir les jambes. Veillez également à ce qu’ils ne jouent pas à des jeux avant de s’endormir. Les consoles de jeux vidéo, les smartphones et les tablettes ont de nombreuses options pour faciliter le contrôle parental.

           

Si la situation devient incontrôlable, nous vous présentons quelques conseils et astuces pour briser ce cercle vicieux dans un autre article. Pour plus d’informations ou une aide personnelle, vous pouvez toujours contacter Yapaka ou Mille Facettes.