Championnats internationaux et cagnottes se chiffrant en millions : les esports sont plus populaires que jamais. D’où vient ce succès et qu’est-ce qui l’explique ? Bienvenue dans le monde fascinant de l’esport.

Gagner. Dans de nombreux jeux vidéo, c’est l’objectif principal. Que vous battiez un boss final contrôlé par ordinateur ou un ami assis à côté de vous sur le canapé, c’est une sensation formidable d’être meilleur que quelqu’un d’autre. Les joueurs professionnels d’esports portent cette expérience à un tout autre niveau. Ils ne veulent pas être les meilleurs dans leur cercle d’amis. Ils veulent être les meilleurs au monde.

 

Bien que l’esport ne soit pas un sport classique (et que le nom esports soit donc quelque peu malheureux), Il n’est pas non plus possible de se hisser au sommet absolu sans encadrement professionnel. Les meilleures équipes – la Champion’s League de l’esport – suivent des programmes d’entraînement disciplinés. Ils passent de nombreuses heures à perfectionner leurs compétences et leurs stratégies devant l’écran, mais ils doivent également être en bonne forme physique et mentale.

 

L’identification de l’esport uniquement au football ou aux sports virtuels est totalement erronée. Tout comme le « sport » englobe de multiples disciplines, l’esport se compose également de différentes spécialisations, chacune ayant ses propres célébrités. Les joueurs qui sont bons en jeux de stratégie comme League of Legends n’ont généralement pas les compétences spécifiques pour exceller également dans un jeu de tir intense comme Valorant. Logique, vous ne verrez pas Kevin De Bruyne en finale de Wimbledon. Cependant, il existe de grandes équipes, comme G2 Esports ou Team Liquid, qui ont sous contrat plusieurs joueurs spécialisés et qui participent à diverses disciplines.

 

Qu’est-ce qui rend un jeu vidéo adapté à l’esport ? Il n’y a pas de recette du succès magique, mais les esports les plus populaires ont des règles de base simples et une grande valeur de divertissement. Car sans les téléspectateurs, tout l’écosystème des joueurs, des équipes, des entraîneurs, des organisateurs et des commentateurs s’effondre complètement. Près de trois personnes sur quatre qui les regardent ont moins de 35 ans, ce qui fait des esports un moyen idéal pour les grandes marques et les sponsors d’atteindre un groupe cible qui devient plus difficile à atteindre par les canaux de marketing traditionnels. Par conséquent, toute personne organisant des compétitions de esport doit également obtenir l’autorisation explicite des éditeurs du jeu en question.

 

Gagner sa vie dans l’esport n’est pas impossible, mais il faut s’élever au-dessus du niveau belge. De nombreux joueurs tentent d’acquérir une certaine notoriété et des fans au niveau local afin de pouvoir être recrutés par de grandes équipes internationales. Le charme de l’esport est que chaque joueur peut participer aux tournois. Les chances de perdre contre un joueur (semi-)professionnel ne sont pas minces, mais pour faire court : chaque jeu doit être joué. Le faible taux de progression permet également de découvrir de nouveaux talents rapidement et facilement. Cela peut expliquer l’âge parfois très jeune des joueurs professionnels de l’esports. En d’autres termes, il n’est pas totalement inconcevable que votre fils ou votre fille devienne la dernière sensation de l’esport, mais comme pour les influenceurs, vous êtes loin d’être le seul à chercher le chemin de la gloire, alors assurez-vous d’avoir un plan B.

 

Pour en savoir plus sur ce secteur passionnant et en pleine croissance, lisez le livre blanc (lien en anglais).

Cover: (c) Kirill Bashkirov